P1010057

Une seule ligne de chemin de fer en Mauritanie : à voie unique, longue de 704 kilomètres , qui suit la frontière mauritanienne , au sud du Sahara occidental jusqu'à Choum , puis remonte vers le nord jusqu'à Zouerate .

Carte_chemin_de_fer_de_mauritanie

Les trains dont la longueur peut atteindre 2,5 km, sont constitués de 3 ou 4 locomotives et de 200 à 210 wagons pour le minerai de fer .Acheminant 3 fois par jour des dizaines de milliers de tonnes de fer extraites des mines de Zouérate jusqu’au port de Nouadhibou, le train comporte aussi un wagon passagers.

WP_20180128_023 - Copie

Une cinquantaine de personnes font quotidiennement le trajet, un voyage pénible au milieu du désert, qui dure environ 18 h.

Nous nous sommes contentées du trajet Nouadhibou-Choum....et déjà beaucoup d'aventures !

 Le départ du train à Nouadhibou est prévu à 15 h . Un taxi nous emmène à 12h30 vers la gare , un bâtiment au milieu de nulle part : 

on sent bien que l'aventure commence !

P1010023

Un typique restaurant nous tend les bras de l'autre côté de la route ; il est prudent de se nourrir pour franchir les 9 h qui nous mèneront à Choum .

P1010028

Deux nouveaux amis se joignent à nous : Brahim , militaire qui rejoint sa famille à Zarouate et un petit chaton affectueux .

P1010030

P1010042

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cuisinière nous sert un délicieux riz au poisson .

P1010034

P1010035

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premier rebondissement : le train partira en fait à partir de ....19 h . Le temps de faire la sieste !

P1010033

On attend .....Les passagers se rapprochent petit à petit de la voie .

P1010045

P1010026

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait, il partira à 22 h ; la nuit est déjà tombée : spectacle fantastique que ce monstre de métal qui défile dans un vacarme assourdissant à la faible lueur de deux lampadaires et de quelques lampes de poches .

Un seul wagon de voyageurs à l'arrière pris d'assaut !  Brahim , en bon militaire, lance une action "commando" : il saute en marche dans le wagon, attrape nos valises par la fenêtre et retient un compartiment : nous avons notre "chambre" où sa carrure impressionante
interdit toute intrusion . On pourra chacun s'allonger .

Disons le de suite , ce n'est pas l'Orient Express . ....Du wagon ne subsiste que les structures métalliques , tout le reste a disparu : ni portes, ni fenêtres , ni banquettes , ni accessoires , ni lumière ,  etc ....Des planches nous servent de banquettes pour passer la nuit .

P1010032

P1010047

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les gens circulent avec des lampes de poche , on se heurte à...une chèvre en allant aux toilettes ( ou plutôt sur le trou dans le plancher du wagon qui en tient lieu !)

 P1010042 (2)

 .Outre le froid traditionnel dans le désert l'hiver , des courants d'air de partout : la nuit est glaciale ; 

bien que très couvertes, nous ne pouvons pas fermer l'oeil ! Je crois que je n'ai jamais eu aussi froid de ma vie ! Le réveil est difficle .

P1010037 (2)

Heureusement le jour se lève et les paysages du désert nous réconfortent .

P1010041

P1010054

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On s'arrête à la gare de Choum ; il est 10 h ...Comme à Nouadhibou , le wagon - passagers est pris d'assaut , à peine le train à l'arrêt

P1010058

Des minibus attendent au pied du train, pour aller à Atar . En route nous prendrons aussi quelques chèvres !

P1010079

 

Fin d'une épopée ultime !

EN PRATIQUE :

* En janvier, il faudrait se munir d'un duvet "haute montagne" , un petit matelas mousse à acheter par exemple à Nouadhibou
et d'une lampe de poche . Prendre aussi à boire et à manger .
* On peut aussi faire la portion Choum-Zarouate et revenir en transports collectifs de Zaourate sur Atar .
Dans notre cas, c'était un trajet de jour. Problèmes : le train est déjà bien rempli et l'attente à Choum encore plus inconfortable qu'à Nouadhibou .
* On paie pour accéder au wagon-voyageurs ; l'accès aux wagons de minerai est gratuit , mais c'est dormir (ou essayer) au milieu des poussières de minerai et des restes des autres voyageurs .Franchement , sauf à être réduit à la misère, ne pas hésitez à payer les qqs euros du wagon-voyageurs .C'est déjà bien assez éprouvant !